L’offense et le pardon – 3è partie

La croix et la couronne

L’offense et le pardon – 3è partie

Veillez à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu, à ce qu’aucune racine d’amertume, produisant des rejetons, ne cause du trouble et que beaucoup n’en soient infectés. Hébreux 12 : 15

Quand on porte de l’offense dans le cœur on est conscient de la blessure, de la faute commise. On n’a pas été honoré, on a été insulté, maltraité. La blessure est réelle et injuste.

Mais Jésus a porté cette blessure dans son corps à la croix. Il a porté mon péché, ton péché et le péché qui a causé cette blessure. Il fut insulté, maltraité, déshonoré. Sauf que Lui seul ne méritait rien de tout cela. Quand je permets à cette blessure de descendre dans mes entrailles et d’y pourrir en devenant de l’offense, je suis dans l’amertume et c’est comme si Jésus fut crucifié en vain.

Alors qu’Il était en pleine souffrances sur la croix, il demanda à son Père de pardonner à ses ennemis – de me pardonner – et de pardonner à cette personne qui m’a fait du mal. Dans ce cas-là, qui suis-je, moi, pour garder cette offense dans mon cœur ?

Jésus nous a enseigné à prier tous les jours : pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Il y a un lien entre le fait d’être pardonné et de pardonner. Si je refuse de pardonner, je me prive de la grâce de Dieu envers moi. Il ne se permet pas de me pardonner. C’est comme si mes fautes restaient entre lui et moi. Quand je pardonne, cet acte lui donne le « droit » légal de me pardonner.

Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. C’est lui qui est la propitiation pour nos péchés; et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.  1 Jean 2 : 1-2

En France, si quelqu’un n’a pas les moyens de payer un avocat, il peut bénéficier d’une représentation juridique gratuite. Cependant, il perd ce droit s’il y a d’autres charges retenues contre lui. De même, Jésus est notre avocat mais il ne peut pas nous défendre si nous ne pardonnons pas à ceux qui nous ont offensés.

Pardonner n’est pas minimiser la faute de la personne. C’est reconnaître que cette faute aussi, Jésus l’a portée dans son corps brisé et que son sang est suffisant pour l’effacer.

Esther (Message lors du culte du 5 mai 2018)

Photo Credit: MTSOfan Flickr via Compfight cc

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.